© PierreDefontaine-ARTGE

Les pelouses calcaires de l'Ouest

Ces espaces naturels protégés devenus rares en Lorraine résultent de la combinaison de facteurs naturels et humains : un sol sec et pauvre, une exposition plein sud et le pastoralisme qui s’y pratiquait ultérieurement.

La pelouse calcaire de la Côte de l’Est

Au sud de Neufchâteau dans un méandre du Mouzon, une succession de falaises calcaires attire le regard. C’est une histoire géologique de 170 millions d’années qui apparaît ici.

Creusée par la rivière, la vallée du Mouzon dessine de nombreux méandres dont les courbes douces contrastent avec la rudesse de ces affleurements rocheux. Le plateau calcaire de Circourt-sur-Mouzon est accessible par un sentier balisé qui permet de découvrir un superbe paysage ainsi qu’un site naturel protégé d’intérêt européen.

Parmi les pelouses de l’Ouest Vosgien, la Côte de l’Est est celle dont l’aspect méridional est le plus évident.

La pelouse du Cuvegney

A l’approche de Rollainville, c’est un double étonnement qui vous saisit : le charme d’un village où la pierre calcaire est omniprésente et à l’arrière plan un coteau où se découpent les silhouettes des pins et des genévriers.

Il vous faudra franchir un magnifique pont réservé aux piétons pour découvrir la pelouse calcaire. Les voitures, quant à elles, passent à gué. La pelouse du Cuvegney évoque un plateau des cévennes plus qu’un coteau vosgien. Imaginez…le vol d’un criquet aux ailes bleues,  les silhouettes « en pinceau » des genévriers, le tapis ondulants de graminées…

La pelouse calcaire du coteau du Potelon

Zone de transition entre les coteaux boisés et les cultures, la pelouse du Potelon s’apprécie comme un espace protégé des regards, invisible depuis la vallée, au caractère « sauvage » marqué. Les rares traces d’aménagements aujourd’hui abandonnés renforcent le sentiment de retour à une certaine naturalité et permet la recolonisation par les orpins et les criquets.

Le Plateau de Beauregard

Il est la plus septentrionale des pelouses calcaires du département. L’aspect sauvage et dégagé du plateau, les verts changeants de la pelouse et les silhouettes des pins créent une ambiance inattendue. Ici, l’espace est ouvert sur la vallée de la Meuse, la basilique Sainte Jeanne d’Arc et les coteaux environnants.

La Chapelle Notre Dame de Beauregard, telle un phare posé à la pointe du plateau, ajoute à la sérénité des lieux.

Coteau de la rivière

Tel un amphithéâtre naturel, le Coteau de la rivière se déploie autour du village d’Autigny-la-Tour au charme d’une architecture authentique et du Vair avec ses méandres.  Ce site protégé présente deux aspects topographiques bien distincts : un coteau très abrupt, dont la pente peut atteindre 60% et un plateau, qui se poursuit en pente douce vers le nord. Le croissant formé par le coteau témoigne du travail d’érosion effectué par le Vair.