© Philippe MASSIT

Grand, la gallo‑romaine

Dans les pas des gladiateurs
  • culture et patrimoine
  • En groupe
  • histoire
  • Grand
  • Visites culturelles

Grand, aujourd’hui un tranquille village vosgien entouré de forêts, était autrefois une vaste agglomération de plus de 70 hectares qui a pu compter plus de 10 000 habitants. Comme toutes les autres villes de l’Empire romain, Grand était doté de bâtiments de style romain : thermes, amphithéâtre, temple, maisons…

L'Amphithéâtre

Découvrez l’amphithéâtre, qui appartenait à l’agglomération de Grand où un temple aurait été dédié au dieu guérisseur gallo-romain Apollon-Grannus et édifié au 1er siècle.
Imaginez cet amphithéâtre au moment de l’Antiquité qui pouvait accueillir plus de 17 000 personnes ce qui le classait parmi les 10 amphithéâtres les plus vastes du monde romain avec son grand axe de 148 mètres. Imaginez les vivats de la foule, les jeux organisés pour divertir la population, les combats dans les arènes, les gladiateurs applaudis comme les célébrités qu’ils étaient à l’époque !
Ce lieu propice à l’imagination vous transporte dans un autre temps, et l’effet est le même pour petits et grands. Pour mieux comprendre et découvrir les lieux, les enfants (8-12 ans) pourront jouer les archéologues en herbe en se voyant confier 13 missions et retrouver le nom d’un mystérieux monument.

 

La Mosaïque

La mosaïque de Grand mesure pas moins de 234 m2, ce qui en fait l’une des plus grandes d’Europe, encore conservée sur son emplacement d’origine. Pour réaliser cette mosaïque, il a fallu pas moins de 2.4 millions de tesselles (ce sont ces petits cubes qui forment la mosaïque. Ils mesurent 0.5 cm2 à 0.8 cm2). Sachez qu’à l’Antiquité, les mosaïques ornaient les sols des maisons les plus luxueuses et de certains bâtiments publics.

Celle de Grand représente une scène d’une pièce de théâtre : le personnage de gauche porte un masque comique sur le visage ; il est drapé dans une large pièce d’étoffe jaune et grise à franges, décorée par des galons colorés (rouge, jaune et bleu). Il s’avance, un bâton recourbé à la main gauche vers un deuxième personnage revêtu d’un justaucorps jaune grisâtre en grande partie détruit.

Autour de cette partie centrale (emblema), quatre animaux sont représentés : le tigre, la panthère, le sanglier et l’ours. L’ours et le tigre seraient en position d’affrontement tandis que la panthère poursuivrait le sanglier.

La Chapelle Sainte-Libaire

La chapelle se trouve sur l’emplacement où la tradition situe le tombeau de Sainte-Libaire. Le lieu, bordé par l’ancienne voie romaine de Grand à Soulosse, était occupé par un important édifice public auquel succède une nécropole dès le Haut Moyen-Age. La chapelle actuelle a été élevée dans la première moitié du XVème siècle, en deux campagnes successives. La première a concerné l’abside à cinq pans ; la seconde, la nef unique de trois travées. D’importants restes de peintures murales subsistent, notamment dans le chœur.